Maison des arts de Créteil - Un obus dans le coeur
Voir tout
Théâtre

Un obus dans le coeur

Guillaume Séverac-Schmitz

Lancement
02—05févr. 2021
durée 1:05
artiste associé

"Comment continuer maintenant?
Cette question posée par Wahab a été le point de départ de cette aventure.
Un obus dans le coeur se place au commencement de mon propre geste artistique, il en définie les lignes de forces, il en dessine les contours.
Au début habitée par le doute et l’appréhension, cette aventure est devenue peu à peu une marche vers un enchantement. Il y a en chacun d’entre nous une part de notre enfance qui ne veut pas s’éteindre qui crie son besoin d’exister encore et toujours car elle porte en elle l’innocence des premiers gestes, la joie de la découverte et nos rêves les plus improbables.
Ce projet a ravivé des sensations depuis longtemps enfouies en moi mais qui ne demandaient qu’à éclore. Au fond, à travers cette oeuvre, c’est bien de la naissance d’un artiste dont il est question. Toutes les situations qu’il vit, les évènements tragiques qu’il a traversé ne sont que des motifs d’aspiration à la création. Faire l’expérience du vide, de la perte et du deuil. Regarder ses peurs en face avec en bagage un besoin immense de consolation pour aller vers sa propre révélation et donner enfin un sens à sa vie; c’est cela l’aventure de l’Obus… et c’est une joie !"  Guillaume Séverac-Schmitz

Alors élève de dernière année au Conservatoire National Supérieur de Paris, Guillaume Séverac-Schmitz fait la rencontre du metteur en scène, dramaturge, comédien et cinéaste libano-québécois Wajdi Mouawad. 
La relation qui s’amorce entre eux, sera cruciale pour le sens de sa vocation. 
Quelques temps plus tard, Il intègre son équipe de création pour jouer dans Littoral et Forêts. Dès lors, la nature de sa quête professionnelle et son regard sur le monde s’affirment et scellent définitivement sa filiation artistique et sa singularité propre.
En choisissant Un obus dans le cœur, il aspire à fouiller son propre coeur au travers de ce cri d’amour et de souffrance, cette œuvre si poignante de Wajdi Mouawad, qu’il interprète seul au plateau. L’aventure eudémoniste du collectif Eudaimonia allait commencer : « le bien comme bonheur » donnant tout l’esprit de la quête artistique de ses membres, écrire et créer des aventures humaines à vocation universelle dans un esprit de totale coopération. 
En retrouvant la pièce primitive de son engagement d’artiste, Guillaume Séverac-Schmitz nous offre un spectacle d’une sidérante force émotionnelle.
Après le succès de Richard II, la Duchesse d’Amalfi et Derniers remords avant l’oubli, toutes trois présentées à Créteil, il devient artiste associé de la Maison des Arts.  

 

 

texte Wajdi Mouawad – éditions Léméac / Actes Sud Junior
conception, musique et interprétation Guillaume Séverac-Schmitz
collaboration artistique Thibault Perrenoud
avec la voix de Pierre-François Garel
lumières Pascale Bongiovanni
vidéos et peintures Wajdi Mouawad
son Guillaume Séverac-Schmitz, Flavien Gaudon, Philippe Thibault et Yann France
régies générale et son Yann France
administration-production et développement Dantès Pigeard
Attaché de diffusion Olivier Talpaert - En votre Compagnie

production Collectif Eudaimania en coproduction avec le centre dramatique national de Montpellier et la compagnie Sandrine Anglade avec le soutien de la Scène des Trois Ponts, Castelnaudary. Résidences de création au Théâtre Gérard Philipe-Cdn de Saint-Denis et au Cdn de Montpellier, remerciements à La Colline – théâtre national, Paris.