Maison des arts de Créteil - Penthésilé.e.s Amazonomachie
Voir tout
Danse Théâtre Musique Choeur

Penthésilé.e.s Amazonomachie

Laetitia Guédon
Compagnie 0,10

Avanti !
14—16déc. 2021
durée 1h40

À n’importe quel époque et pour toutes les civilisations, qui ne s’est jamais interrogé sur le prix à payer par les femmes lors de leur accession au pouvoir ? De quelles figures imposées sont-elles redevables ? Avec quelle intention profonde et en échange de quels sacrifices inévitables ?  Le prix de leur autorité vaut-il le nombre des abnégations à consentir ? Par conviction ou par devoir, toutes ont eu une bataille à mener pour conquérir, exercer, maintenir ou se défaire de leur pouvoir.

Avec « Penthésilé.e.s Amazonomachie », présentée cet été au Festival d’Avignon, Laëtitia Guédon entend questionner ce rapport complexe qu’entretiennent les femmes avec le pouvoir et avec la puissance. 
Figure de la guerre de Troie, Reine des Amazones, Penthésilée est devenue une allégorie dont s’est emparée l’autrice Marie Dilasser, sollicitée aux prémices de ce projet par la metteuse en scène, séduite d’emblée par son écriture à la fois incisive et très poétique.
De cette complicité, va naître un oratorio-manifeste. Consubstantielle de la pièce, la musique y est donc très présente au travers de chants sacrés, liturgiques. S’ils étaient traditionnellement interprétés par des hommes, dans la version de « Penthésilé.e.s/Amazonomachie », un chœur de femmes, d’amazones d’ici et maintenant va prendre la place et réinterpréter ces chants vénérables.
Et si Penthésilée va se battre et aimer Achille, il va la tuer sur le champ de bataille… Inspirée originellement par la pièce de Kleist, Laëtitia Guédon a choisi de la représenter par trois figures distinctes, trois tempéraments, deux femmes et un homme au plateau, Lorry Hardel, Marie-Pascale Dubé et le chorégraphe Seydou Boro qui va incarner à la fois Achille et Penthésilée.
En quête d’une esthétique qu’elle qualifie d’indisciplinée, dès l’amorce du travail qu’elle choisit d'esquisser, Laetitia Guédon implique directement  auteur.trice.s , musicien.ne.s, vidéastes, scénographes afin de favoriser des alchimies artistiques singulières et d’encourager, au travers des métissages auxquels on assiste, des voies de compréhension de l’œuvre, inaccoutumées et multiples

© Pauline Le Goff

 

Conception et mise en scène : Laëtitia Guédon
Texte (commande d’écriture) : Marie Dilasser

Avec, Lorry Hardel, Seydou Boro, Marie-Pascale Dubé
Et un chœur Sonia Bonny, Juliette Boudet, Mathilde de Carné, Lucile Pouthier

Chef de chœur : Nikola Takov
Arrangements : Grégoire Letouvet
Création sonore : Jérôme Castel
Scénographie : Charles Chauvet
Vidéos  : Benoît Lahoz
Lumières  : Léa Maris
Costumes  : Charles Chauvet, Charlotte Coffinet
Assistant à la mise en scène :  Quentin Amiot
Production  : Compagnie 0,10
Coproduction Festival d’Avignon, Comédie de Caen Centre Dramatique National de Normandie, Théâtre des Îlets Centre Dramatique National de Montluçon, Tropiques Atrium Scène nationale de Martinique, l'Archipel - Scène nationale de Guadeloupe

Avec le soutien et l’accompagnement technique de Les Plateaux Sauvages-Fabrique Artistique de la Ville de Paris.
Avec le soutien de la DRAC Ile-de-France et de la Région Ile de France
Avec l’aide du Centaure/Paris
Durée 1h40

Petite Salle