Maison des arts de Créteil - Et le cœur fume encore
Théâtre

Et le cœur fume encore

Cie Nova
Margaux Eskenazi et Alice Carré

Avanti !
09—12févr. 2022

Si l’expression « devoir de mémoire » postule sur l’obligation morale de se souvenir d’un évènement historique tragique et de ses protagonistes, il n’est pas de question plus cruciale que les écritures et les pensées de la décolonisation pour considérer nos identités françaises et les oublis de sa mémoire coloniale.

Au cœur de nos mémoires vives, avec la précision des outils de l’histoire et la rigueur d’une enquête, la Compagnie Nova documente ses investigations théâtrales au plus près de la vie pour faire surgir toute la force et tout le sens de la créolité de nos identités françaises.

« Et mon cœur fume encore » retrace les mémoires et les silences de la guerre d’Algérie.
Une traversée intime, poétique, littéraire et musicale faite du parcours de 7 personnages, (deux militants du FLN, une femme pied-noir, un harki, une militante parisienne anticolonialiste, un appelé du contingent et un militaire de carrière) aux prises avec la part organique de leur vérité.
Force des témoignages recueillis auprès des familles et des proches, des historiens, des poètes, ou des intellectuels, tous servent de bascule vers le théâtre de Alice Carré et Margaux Eskenazi, passant sans cesse de l’intime au politique, du témoignage au jeu, du réel à la fiction.

Mémoires occultées faites à jamais d’exils, de métissages, d’angles morts, de non dits, d’imaginaires et de violences enfouies défient les discours officiels et le temps pour rejaillir et se métamorphoser.

Une fabrique de théâtre de l’existence s’anime sous nos yeux, la fresque percutante d’une histoire inter générationnelle et nationale.

Dans une très grande proximité avec le public, de part et d’autres de la scène les comédiens vont prendre la parole et témoigner pour Mado, Francis, Ahmed, Daniel, Mamoun ou Brahim, interprétant chacun plusieurs personnages, des hommes ou des femmes indifféremment, embarqués dans cette guerre à fragmentation psychologique et morale où la politique aura toujours été en embuscade, mais sans que jamais la mémoire ne perde sa boussole.

Conception, montage et écriture Alice Carré et Margaux Eskenazi
Avec des extraits de Kateb Yacine, Assia Djebar, Jérôme Lindon et de « Le Cadavre
encerclé de Kateb Yacine et la préface d’Edouard Glissant, publiés par les Editions du Seuil »
Mise en scène Margaux Eskenazi
Collaboration artistique Alice Carré
Espace Julie Boillot-Savarin
Lumières Mariam Rency
Création sonore Jonathan Martin
Costumes Sarah Lazaro
Vidéo Mariam Rency et Jonathan Martin
Régie générale et lumières Marine Flores

Avec Armelle Abibou, Loup Balthazar, Salif Cissé en alternance avec Christophe Ntakabanyura, Malek Lamraoui, Yannick Morzelle en alternance avec Lazare Herson-Macarel, Raphael Naasz et Eva Rami

Alternance régie en tournée
Régisseuse Lumière : Leslie Desvignes
Régisseur Son : William Leveugle
Avec les voix de Paul Max Morin, Nour-Eddine Maâmar et Eric Herson-Macarel

Responsable des productions Émilie Ghafoorian
Production La Compagnie Nova et FAB - Fabriqué à Belleville
Avec le soutien de la Région Ile-de-France, de la DRAC Ile de France, de la Ville des Lilas, du Conseil Départemental du 93, de Lilas-en-Scène, de la Ferme Godier (dans le cadre de la résidence action et territoire de la DRAC Ile-de-France), du Studio Théâtre de Stains, du Collectif 12, du Centre Culturel de la Norville, d’Arcadi, et de de la
Grange Dîmière à Fresnes, de la fondation E.C Art Pomaret, de la SPEDIDAM, de la fondation d’entreprise VINCI pour la Cité.
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

 Avec le soutien de la Région Ile-de-France, de la DRAC Ile de France, de la Ville des Lilas, du Conseil Départemental du 93, de Lilas-en-Scène, de la Ferme Godier (dans le cadre de la résidence action et territoire de la DRAC Ile-de-France), du Studio Théâtre de Stains, du Collectif 12, du Centre Culturel de la Norville, d’Arcadi, et de de la Grange Dîmière à Fresnes, de la fondation E.C Art Pomaret, de la SPEDIDAM, de la fondation d’entreprise VINCI pour la Cité.

Remerciements : Abdel-Ghani, L’Académie française, Kemal Alloula, Rachid Aous, Association les 4 ACG, Malek Bensmaïl, Raphaëlle Branche, Anna Brugnacchi, Olivia Burton, le Centre culturel algérien de Paris, le Cercle algérianiste de Marseille, Kevin Durst, Les Editions de Minuit, L'équipe du Collectif 12, Najib El Arouni, Annie Eskenazi, Frédéric Fachena, Sylvie Glissant, Alyne Gonzalès, Sarra Grira, Lazare Herson-Macarel, Stanislas Hutin, Amine Khaled, Luc Khiari, Ghislain Levy, Paul Max Morin, Nicolas Morzelle, Michel Naman, Raphael Naman, Robert Naman, Kamel Ouarti, Claire Ollivier, Rahim Rezigat, Benjamin Stora, L'équipe du Studio Théâtre de Stains, Claudie Tabet, Salima Tenfiche et Alice Zeniter.

 

 

Petite Salle