Maison des arts de Créteil - Tartuffe Théorème
Voir tout
Théâtre

Tartuffe Théorème

Macha Makeieff

Avanti !
20—21avril 2022

De toutes les pièces de Molière, "Tartuffe" est celle qui suscite une série d’émotions les plus singulières chez le spectateur. Au-delà de la dynamique d’une langue poétique, dans son rythme même, il y a dans « Tartuffe » tous les ingrédients d’un scénario de roman noir que je veux montrer, avec suspens et rebondissements propres à ce genre d’intrigue : enjeux d’une famille bourgeoise aussi névrosée que nocive, parasite infiltré dans la maison qui prend le pouvoir sur les esprits et les corps, libertins et faux-dévots, clans qui s’affrontent, spoliation, chantage, détournement, arrestation, espionnage, prédations, abus de faiblesse, dossiers compromettants, fuite et arrestation. Toute une affaire.

La résolution - l’intervention du Prince, n’a rien d’artificiel parce que l’intrigue est avant tout politique. Avec la force d’un conte, d’une parabole qui va virer au cauchemar d’une famille. C’est ce récit qui m’intéresse avec ses protagonistes à fleur de peau.
Et dans ce huis-clos, la menace de celui qui est entré dans la maison dont on parle et qu’on ne voit pas, les allers et venues inquiétantes de gens qui traversent, transforment le confortable salon bourgeois plongé dans la pénombre et les sons étranges. Et la puissance malfaisante du discours inquisiteur s’infiltre.

Devant le spectacle de cette famille exaspérée qui perd pied, ce dispositif désir révélé-plaisir refusé, au final, c’est le public  qui est démasqué dans son voyeurisme et sa jouissance trouble. Au-delà du bien et du mal, le scénario qui s’accomplit nous divise. Au théâtre où tout est jeu, où l’hypocrite est l’acteur virtuose, nous désirons voir la part malfaisante, assister au meurtre social, au naufrage, à la turpitude, et laisser monter l’inavouable en nous dans un plaisir intime et collectif, dans un éclat de rire protecteur. Où en sommes-nous ce soir du mensonge, des dangers et des plaisirs de la représentation ?  Macha Makeïeff

 

 

Un spectacle de Macha Makeïeff
Production La Criée Théâtre national de Marseille
Coproduction Théâtre National Populaire de Villeurbanne
En partenariat avec le Pavillon Bosio - École Supérieure d’arts plastiques de Monaco

Mise en scène, décor, costumes Macha Makeïeff
Lumière Jean Bellorini
Son Sébastien Trouvé
Musique Luis Fernando Pérez
Danse Guillaume Siard
Coiffure, maquillage Cécile Kretschmar
Régisseur général André Neri
Assistants mise en scène Gaëlle Hermant, Sylvain Levitte
Assistant dramaturgie Simon Legré
Assistante scénographie Clémence Bezat
Assistante costumes Laura Garnier
Assistant lumière Olivier Tisseyre
Assistant son Jérémie Tison
Diction Valérie Bezançon
Graphiste Clément Vial
Régisseuses plateau Emilie Larrue, Solène Ferréol
Cheffe machiniste Kayla Krog
Régisseur son Jérémie Tison
Régisseur lumières Olivier Tisseyre
Régisseuse costumes Nadia Brouzet
Maquilleuse Hermia Hamzaoui
Couturière Céline Batail
Confection d’accessoires Soux, Marine Martin-Ehlinger
Stagiaires du Pavillon Bosio École Supérieure d’arts plastiques de Monaco Sisi Liu, Morgane Mouysset
Stagiaire plateau Chloé Théodose
Stagiaire costumes Mila Dastugue
Fabrication décor Ateliers du Théâtre National Populaire

avec, 
Xavier Gallais ~ Tartuffe
Arthur Igual en alternance
avec Vincent Winterhalter ~ Orgon, mari d’Elmire
Jeanne-Marie Lévy ~ Madame Pernelle, mère d’Orgon
Hélène Bressiant ~ Elmire, femme d’Orgon
Jin Xuan Mao ~ Cléante, frère d’Elmire
Loïc Mobihan ~ Damis, fils d’Orgon
Nacima Bekhtaoui ~ Marianne, fille d’Orgon
Jean-Baptiste Le Vaillant ~ Valère, amant de Mariane
Irina Solano ~ Dorine, amie de Marianne
Luis Fernando Pérez en alternance
avec Rubén Yessayan ~ Laurent, faux dévot
Pascal Ternisien ~ Monsieur Loyal, huissier,
Flipote, la bonne
et la voix de Pascal Rénéric ~ l’exempt

Production La Criée – Théâtre national de Marseille.Coproduction Théâtre National Populaire.
En partenariat avec le Pavillon Bosio – École Supérieure d’arts plastiques de Monaco.